PAIEMENT DES PENSIONS A LA CNSS : La Direction Régionale de Ouagadougou (DRO) accélère le processus de bancarisation des prestations.

jeudi 30 juin 2016

La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) a déclenché un processus de paiement des pensions par virement bancaire depuis 2008 pour d’une part se conformer aux dispositions bancaires de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et d’autre part minimiser les risques liés aux paiements en espèce aux guichets. Le paiement des pensions du 1er trimestre de l’année 2016 a été l’occasion pour la Direction Régionale de Ouagadougou d’associer les banques à l’accélération de l’opération de la bancarisation.
En 2008, dans sa quête d’amélioration continue des services rendus aux assurés sociaux, la CNSS a entrepris de bancariser les pensions et rentes d’un certain montant dans les établissements financiers du Burkina Faso en signant des conventions de partenariat avec celles-ci. Cette mesure a pour objectifs d’une part, de se conformer aux recommandations de l’UEMOA en matière de paiement en espèces aux guichets qui stipulent que tout paiement supérieur ou égal à 100 000 F CFA doit se faire soit par chèque, soit par virement bancaire et d’autre part, réduire les risques rencontrés (agressions, longue file d’attente, etc.) par les pensionnés et rentiers.
Avec 8% des pensions et rentes bancarisés en 2008, la CNSS comptait atteindre dès la première année de mise en œuvre du processus en 2009. Mais cinq ans après, c’est-à-dire en 2013, le taux de bancarisation n’a pas encore franchi la barre de 30%, malgré le relèvement en 2012 des niveaux de pensions et de rentes servies par la CNSS. C’est pourquoi la DRO, qui compte à elle seule plus de la moitié des bénéficiaires de pensions et rentes de l’institution, a entrepris de relever le taux de bancarisation par une accélération du processus.
Ainsi, la semaine du 1er au 05 mars 2016 a connu une affluence particulière à la DRO pour cause de paiement des pensions du premier trimestre. Mais au-delà de cette affluence somme toute normale, c’est la présence de banques de la place telles que la Banque Atlantique, BCB, BDU-BF, BHBF, BOA, Coris Bank, Ecobank, Orabank, SGBF et UBA à cet endroit qu’il convient de noter.

En effet, depuis le 1er mars 2016 et les jours suivants, ces établissements financiers ont répondu à l’appel du directeur régional de Ouagadougou, en acceptant d’installer leurs guichets au milieu des pensionnés et rentiers pour faciliter l’ouverture de compte bancaire pour ceux qui le souhaitent. Une façon pour eux de promouvoir la bancarisation des prestations chère à la CNSS.

Les avantages de cette opération ne sont plus à démontrer. Bancariser les pensions, c’est : désengorger les guichets, réduire les longues files d’attentes, limiter les risques liés au transport des fonds par la CNSS, éviter les braquages liés à la perception des pensions au guichet, éviter la prolifération des faux billets. Le Directeur Régional de Ouagadougou justifie : « avec la bancarisation, nul besoin d’être présent à 5h30 pour espérer être payé à 11h. Le virement bancaire est un mode de paiement d’avenir qui rassure et qui prend en compte les préoccupations des assurés ». Quant aux banques partenaires, les éloges ne manquent pas pour expliquer le bien-fondé de l’opération. Mme Zoenabo Tiendrebéogo de la SGBF dira que : « la bancarisation n’est que avantageuse … elle permet de sécuriser l’argent et évite les longues files d’attentes et les risques d’agression ». Et Mme Aimée Yvonne Somé de Coris Bank de renchérir : « en banque, l’assuré social choisit la date de retrait de son argent et peut même prétendre à un prêt en plus des prêts qui lui sont accordés par la CNSS ». C’est pourquoi, Mme Sandrine Kafando de UBA conclura en affirmant que : « ce sont les bienfaits liés à la bancarisation qui justifient le taux d’adhésion des pensionnés à cette opération ». Pour les assurés sociaux interviewés, la mesure est salvatrice. Mme Dofihami Kofio, retraitée l’exprime en ces termes : « je suis sauvée, je n’aurai plus à subir les longues files d’attentes » et Harouna Samandoulgou d’ajouter : « Ouf ! enfin la Caisse nous débarrasse d’une grosse épine. J’ai longtemps attendu cette bancarisation ». A termes, la CNSS ambitionne d’atteindre zéro pour cent de paiement au guichet comme c’est le cas pour d’autres organismes de sécurité de la sous région. C’est pour tendre vers ce taux que la direction régionale entend poursuivre ce partenariat avec les banques.

Par ailleurs, il est important de noter que la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) et la Caisse Générale de Retraite des Agents de l’Etat (CGRAE) de Côte d’Ivoire viennent de donner leur accord pour la bancarisation des prestations de leurs pensionnés.